Le président al-Assad préside une réunion du cabinet après la prestation de serment constitutionnel

Damas 2-9-SANA / Le nouveau cabinet syrien, présidé par Hussein Arnous, a prêté aujourd’hui serment constitutionnel devant le président Bachar al-Assad.

Présidant une réunion avec le cabinet après la prestation de serment, le président al-Assad a souhaité au nouveau cabinet le succès dans l’exécution de ses missions nationales, disant : « Le nouveau cabinet signifie de nouveaux membres avec de nouvelles idées et des anciens membres avec des idées renouvelables ».

Le président al-Assad a souligné la nécessité de mettre au point des priorités d’une manière claire et publique et que ces priorités doivent être en faveur des institutions de l’Etat et du citoyen.

« Le premier point dans ces priorités est le projet de la réforme administrative que j’ai annoncé il y a trois ans », a-t-il dit, affirmant l’importance qu’il y ait une coordination au sein des institutions et qu’il n’y ait guère une contradiction entre dans les prérogatives entre les institutions et une contradiction dans les lois dans une institution ou dans de plusieurs institutions.

Quant à la question de la lutte anti-corruption, le président al-Assad a assuré que les institutions syriennes avaient consolidé durant la dernière étape une politique anti-corruption, qui n’était pas des slogans ni des propos pour la propagande.

Et le président al-Assad de poursuivre : « Ce qui a été réalisé dans le sujet de la lutte anti-corruption était très important, mais ne signifie pas qu’il est suffisant ».

« Ce qui compte, c’est que nous n’avons pas attendu le développement des lois pour débuter la lutte anti-corruption », a-t-il souligné.

Le président al-Assad a fait savoir que le point le plus important pour les lois est la question des exemptions, dont l’exemption pour le responsable quel que soit son niveau et l’exemption sous forme de permission.

Il a insisté sur l’importance de mettre des règles et des normes pour les exemptions et les permissions en commençant par les lois fondamentales qui touchent directement le citoyen.

Faisant allusion à la question de la corruption dans la justice, le président al-Assad a fait noter que le Conseil de justice doit jouer son rôle fondamental en intensifiant les sanctions en cas de la transgression de lois.

Le président al-Assad a en outre mis l’accent sur le rôle de l’information traditionnelle et électronique professionnelle dans le suivi de questions de corruption en ouvrant de enquêtes et en publiant des documents pour bloquer les rumeurs et les interprétations.

Concernant le sujet des programmes et des mécanismes de travail, le président al-Assad a dit : « J’ai abordé ce sujet dans mon dernier discours devant l’Assemblée du peuple en disant que nous avons besoin d’un mécanisme pour coordonner entre les différentes institutions en attendant le développement des lois, des législations et des mécanismes à l’Etat ».

Le présent al-Assad a donné l’exemple du « Blessé de la patrie », dont l’objectif portait au début sur le traitement des questions juridiques et de la souffrance de tous les blessés pour obtenir leurs droits personnels et individuels, soulignant le développement ensuite de ce projet qui avait commencé à être de développement et les idées avancées pour octroyer des crédits aux blessés.

A propos de l’information syrienne, le président al-Assad a assuré que l’information syrienne avait réalisé un « saut qualitatif » dans des circonstances difficiles et qu’elle doit actuellement poursuivre les points de déséquilibre sans hésitation, faisant noter qu’il est du devoir des responsables de répondre que ce soit avec une interview, un communiqué ou une retransmission de l’information par le biais des bureaux médiatiques.

« Le gouvernement doit soutenir l’information pour qu’elle joue son rôle actif et réaliser tous les éléments de son succès au lieu de l’entraver », a fait savoir le président al-Assad.

Le président al-Assad a indiqué qu’il y a un problème de communication entre le responsable et le citoyen à cause de l’incapacité ou de l’absence d’envie et qu’il y a un problème avec la transparence ou la compréhension de la terminologie de la transparence.

« Lorsque nous recourons à l’information officielle afin de retransmettre la nouvelle véritable et sincère, nous la transformerons en une référence corroborée de l’information pour bloquer la voie devant le chaos de l’internet qui n’appartient à aucune institution précise », a-t-il dit.

Et le président al-Assad de conclure : « Le succès du responsable dans le travail est la fidélité. N’ayez pas peur de commettre des erreurs qui font partie de la nature humaine, nous savons tous que celui qui travaille commet des erreurs et celui qui ne travaille pas ne les commet pas, c’est pourquoi, il faut que nous n’ayons pas peur de commettre des erreurs ».

A.Ch.

Check Also

Les développements de l’opération militaire spéciale russe en Ukraine

-Rogov : La périphérie de la Centrale nucléaire de Zaporijia est bombardée par l’Ukraine -Gouverneur …