Le Croissant-Rouge arabe syrien: Couper l’eau à Hassaké se contredit au droit international humanitaire

Damas – Stockholm – Sana/ Le Croissant-Rouge arabe syrien a affirmé que les dures conditions humanitaires, dans lesquelles, plus d’un million de civils sont contraints de vivre dans le gouvernorat de Hassaké après que l’occupation turque et ses mercenaires avaient coupé l’eau du gouvernorat, se contredisent au droit international humanitaire, en plus d’empêcher les équipes du Croissant-Rouge arabe syrien d’atteindre en toute sécurité la station d’Alouk pour réparer ses pannes et de fournir l’acheminement de l’eau potable pour les civils.

Dans un communiqué publié aujourd’hui, l’organisation a souligné qu’elle est toujours prête à faire face aux répercussions du crime de coupure d’eau, faisant noter qu’elle avait élaboré un plan d’urgence, en vertu duquel, elle s’emploie à garantir de toute urgence l’eau aux habitants du gouvernorat.

Le communiqué indique que les équipes du Croissant-Rouge arabe syrien sont prêtes à commencer les travaux de maintenance complets de la station d’Alouk dès que l’accès sécurisé est assuré.

A Stockholm, l’Union nationale des expatriés syriens en Suède et en Europe a condamné le crime du régime turc de couper l’eau potable à Hassaké.

Dans sa déclaration, l’Union a appelé la Communauté internationale à criminaliser et à tenir l’occupation turque responsable de son acte en tant qu’il représente un crime de guerre et une génocide, soulignant que le régime turc porte atteinte à toutes les valeurs humaines par ses pratiques criminelles.

La déclaration appelle les Nations unies et les organisations humanitaires et de secours à prendre des mesures immédiates et sérieuses pour sauver les civils et à mettre fin à ces violations, qui sont considérées comme un crime contre l’humanité toute entière.

D.H.

Check Also

Entretiens syro-iraniens pour consolider la coopération bilatérale dans le domaine de l’enseignement supérieur

Damas-SANA/ Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Dr Bassam Ibrahim, a …