Jaafari : Les pays soutenant le terrorisme n’obtiendront pas en politique ce qu’il n’avait pas pu réaliser par le terrorisme

New York-SANA / L’ambassadeur permanent de la Syrie à l’ONU, Bachar Jaafari, a affirmé que la Constitution et tout ce qui en dépend est une affaire souveraine décidée par les Syriens eux-mêmes loin de toute intervention étrangère, appelant les pays qui avaient soutenu le terrorisme à sortir du déni de réalité et à réaliser qu’ils n’obtiendront point en politique ce qu’il n’avait pas pu réaliser par le terrorisme.

Lors d’une séance tenue aujourd’hui par le Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient, Jaafari a indiqué que la Syrie est ouverte à toute initiative qui l’aidera à sortir de la crise et est disposée à prendre part activement à n’importe quel effort sincère ayant pour objectif de parvenir à un règlement politique, dans lequel les Syriens décident eux-mêmes de l’avenir de leur pays loin de toute intervention étrangère.

Jaafari a fait noter que le succès de n’importe quel volet politique en Syrie implique le travail et la coordination avec l’Etat syrien sur les différentes questions et implique également un engagement international et une véritable volonté politique chez toutes les parties afin d’éradiquer ce qui est resté des terroristes, de mettre fin à la présence des forces étrangères illégales sur les territoires syriens et de cesser d’entraver les efforts sincères faits par le gouvernement syrien en collaboration avec ses alliés en vue de parvenir au règlement politique escompté.

« La Syrie s’attache à la création dès que possible de la Commission de débat de la Constitution actuelle issue de la conférence du dialogue inter-syrien à Sotchi », a-t-il fait noter.

Jaafari a indiqué que la Syrie accueille favorablement le rôle de l’émissaire spécial de l’ONU en tant que coordinateur des travaux de la Commission de débat de la Constitution actuelle.

Jaafari a souligné que la Syrie s’engage toujours au règlement politique par le biais du dialogue inter-syrien, sous une direction syrienne et loin de l’ingérence étrangère.

Ripostant aux ambassadeurs de certains pays membres, Jaafari a indiqué qu’il ne faut pas ignorer le rôle que des pays membres du Conseil de sécurité avait joué pour provoquer la crise en Syrie au profit de leurs intérêts et de leurs objectifs géopolitiques dans la région.

A.Chatta

Check Also

Le Comité préparatoire de la campagne populaire de la levée de l’embargo visant la Syrie élabore un document condamnant l’administration américaine

Beyrouth-SANA / Le Comité préparatoire de la campagne populaire arabe et internationale pour la levée …