Sabbagh affirme la nécessité de créer au Moyen-Orient une zone exempte des armes de destruction massive

New York-SANA / La Syrie a affirmé que la création au Moyen-Orient d’une zone exempte d’armes de destruction massive implique l’obligation de l’entité d’occupation israélienne à adhérer au Traité sur la non-prolifération et à soumettre les installations israéliennes aux garanties de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), surtout que tous les pays de la région ont adhéré au Traité et attendent l’application des promesses données en vue d’exercer des pressions pour l’adhésion d’ « Israël » à l’AIEA.

Dans un communiqué qu’il a lu aujourd’hui devant la 2e session de la conférence sur la « Création d’une zone exempte des armes nucléaires et des autres armes de destruction massive au Moyen-Orient », l’ambassadeur permanent de la Syrie à l’ONU, Bassam Sabbagh, a indiqué que la Syrie considère la création d’une zone exempte des armes nucléaires et des autres armes de destruction massive comme un pas positif et une contribution efficace pour réaliser les objectifs de la non-prolifération et du désarmement.

Sabbagh a fait savoir que la Syrie était parmi les premiers pays qui avaient adhéré au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 1969, signé la Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes biologiques en 1972 et adhéré en 2013 à la CIAC, ce qui démontre son attachement à aller de l’avant dans les mesures de la création au Moyen-Orient d’une zone exempte de toutes les armes de destruction massive.

« La Syrie réaffirme que la création de cette zone n’a pas besoin de mesures de construction de confiance, mais de l’adhésion d’ « Israël » au Traité sur la non-prolifération et de la soumission de toutes ses installations aux garanties de l’AIEA », a-t-il conclu.

A.Ch.

Check Also

Un parlementaire iranien affirme l’importance de prendre des décisions stratégiques dans le domaine de la coopération avec la Syrie

Téhéran -SANA/Le président adjoint de la commission de la politique étrangère au sein du Conseil …