A la journée des Nations Unis, des grands Etats poursuivent la violation de la charte au service de leurs agendas politiques

New York- SANA /Alors que  le monde célèbre la journée des Nations Unis, évènement annuel marquant la mise à exécution de la charte de l’ONU en 1945 et de ses principes relatifs au règlement des conflits entre les pays par la voie politique, l’organisation internationale fait face à des défis entravant la réalisation des objectifs pour lesquels elle a été créée, dont en premier lieu la poursuite par certains pays occidentaux de violer la charte et de viser les pays qui ne servent pas leurs intérêts pour mettre en œuvre leurs agendas politiques.

L’Assemblée générale a décidé de fixer la date du 24 octobre de chaque année comme Journée des Nations Unies, qui coïncide avec l’entrée en vigueur de la Charte de l’organisation en 1945.

En 1971, l’Assemblée a recommandé aux Etats membres de célébrer cette fête au niveau national en vue d’obtenir le soutien des peuples et de les faire connaître les objectifs de l’organisation qui figurent dans le premier article de la Charte, à savoir le maintien de la paix et de la sécurité internationales, le développement des relations amicales entre les nations et la réalisation de la coopération internationale.

La Syrie, membre fondateur des Nations Unies, avait participé à l’élaboration de la charte avec une délégation conduite par les ambassadeurs Farès al-Khoury et Farid Zein al-Dine, qui avaient rédigé l’article 78 de la charte prévoyant que la tutelle ne s’applique pas aux Etats devenus membres des Nations Unies, car les relations entre les membres de cette organisation doivent être basées sur le respect du principe de l’égalité souveraine.

La Syrie et 17 pays avaient fondé le groupe « Amis défenseurs de la Charte », qui a adopté une déclaration politique confirmant que la Charte reste le document suprême au niveau international à laquelle on doit s’attacher et la défendre, surtout à l’ombre des violations et de l’exploitation de ses dispositions par certains pays.

Dans son message à l’occasion « de la Journée des Nations Unies », le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a appelé les pays du monde à œuvrer pour mettre un terme aux conflits qui accroissent la tension dans notre monde.

Et d’ajouté : « Nous devons se rassembler pour faire face aux grands défis et faire avancer les objectifs du développement permanent, en assurant les vaccins COVID-19 à chaque personne à travers le monde et en mettant fin aux conflits qui déchirent notre monde ».

Il a indiqué qu’on doit adopter des engagements climatiques audacieux pour sauver notre planète.

La Russie a affirmé que les attaques continues contre la Charte des Nations Unies et les tentatives de substituer sa structure centrale de soi-disant un ordre fondé sur des bases de double critère sont destructrices et dangereuses, appelant à respecter les principes de la Charte et le droit international, vu les dangers auxquels le monde est actuellement confronté en raison de la déviation de ces principes.

Le représentant permanent de la Russie auprès des Nations Unies, Vassily Nebenzia, a déclaré dans un communiqué, que les fondateurs des Nations Unies avaient mis au point dans leur charte les objectifs et les principes fondamentaux de l’interaction entre les États et l’engagement à leur égard comme seul chemin pour la progression de l’humanité vers un monde plus juste et plus prospère.

Il a fait allusion à plusieurs tentatives actuelles pour réexaminer les dispositions du droit international prévues dans la Charte et pour propager à soi-disant ordre basé sur les règles. « Notre tâche commune est de défendre la Charte des Nations Unies et d’insister sur notre engagement à leur rôle central et de coordination dans les affaires internationales.

Pour sa part, la Chine a affirmé son soutien à l’ordre international de l’ONU, affirmant qu’elle continuera son rôle dans la consolidation de la paix dans le monde et sa contribution au développement mondial.

De même, l’Union européenne a souligné, dans une déclaration du Haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, Josep Borrell, que le pluralisme sur lequel s’appuient les Nations Unies est le moyen le plus efficace de contribuer à la paix, à la sécurité, aux droits de l’homme et à la prospérité dans le monde.

A.Saijary /R.Bittar.

Check Also

Sabbagh affirme la nécessité de créer au Moyen-Orient une zone exempte des armes de destruction massive

New York-SANA / La Syrie a affirmé que la création au Moyen-Orient d’une zone exempte …