Le président al-Assad : Le néolibéralisme est similaire à la promotion de la démocratie menée par les Etats-Unis pour imposer leur hégémonie aux peuples

Damas 7-12-SANA / Le président Bachar al-Assad a indiqué que le sens de la pensée est la religion qui fait partie de tous les côtés de la vie, faisant savoir que la religion, qui doit être un outil pour les sociétés en vue de se développer, avait été utilisée afin de les saboter.

Dans une allocution qu’il a prononcée lors de sa participation à la réunion périodique élargie tenue par le ministère des Waqfs dans la mosquée d’al-Othman, le président al-Assad a fait allusion aux attaques menées contre l’idéologie et les symboles de l’Islam et dont la dernière était en France, qui organisera l’année prochaine la présidentielle et qui veut attirer les personnes souffrant de l’islamophobie.

Le président al-Assad a en outre abordé la présidentielle qui sera organisée en 2023 en Turquie d’Erdogan, qui ne dispose plus de mensonges pour convaincre son peuple et qui a commencé à perdre sa popularité, c’est-pourquoi il a décidé de se nommer comme « protecteur de l’Islam ».

« Ce qui se passe est une réaction et la colère constitue une manière de s’apaiser, mais lorsque la colère ne se contrôle pas par la raison, elle se transforme en une manière de s’apaiser. Donc, les ennemis savent que ces sociétés ne peuvent que se mettre en colère », a-t-il dit.

Le président al-Assad s’est interrogé : « Qu’est-ce que nous préparerons contre l’attaque qui suit, un plan de colère ? il faut certainement préparer un plan d’action », affirmant que la religion ne triomphera pas par la colère, mais par l’application de la religion d’une manière correcte dans la société en appliquant les instructions de la religion pour que la société soit saine et sauve afin que la religion triomphe ».

Le président al-Assad a fait savoir que la religion ne triompherait que par la victoire de la société via son comportement correct.

Il a en outre assuré que c’est l’Occident qui a propagé le terrorisme dans la région et que le plus important c’est que le terrorisme qui frappe l’Europe n’a rien à voir avec le terrorisme qui se trouve chez nous, parce qu’ils avaient fait entrer l’idéologie wahhabite uniquement contre le pétrodollar et contre l’argent, disant : « Actuellement, ils paient le prix de ce qu’ils ont fait, mais ils imputent la responsabilité aux Musulmans et à l’extrémisme des Musulmans ».

Le président al-Assad a par ailleurs indiqué que le problème ne réside pas dans le libéralisme, qui est un courant sociopolitique, parce qu’il y a un libéral et un conservateur, mais il réside dans le néolibéralisme qui est similaire à la promotion de la démocratie menée par les Etats-Unis pour imposer leur hégémonie aux peuples.

« Le néolibéralisme a commencé à se développer graduellement depuis cinq décennies pour incarner l’immoralité et pour séparer entre l’être-humain et tous les principes, les valeurs, les appartenances ou les idéologies afin qu’il parvienne à ses objectifs », a-t-il fait noter, soulignant que c’est le néolibéralisme qui avait diffusé l’idée du mariage homosexuel.

Et le président al-Assad de poursuivre : « C’est le néolibéralisme qui a véhiculé que le drogue n’est pas nuisible, et qui a causé la vente actuellement du drogue d’une manière juridique et publique dans les magasins ».

Le président al-Assad a souligné que l’objectif du néolibéralisme est de frapper le sens humanitaire de l’être-humain, « ce qui se contredit avec la religion, qui vise à consacrer le sens humanitaire, alors que le néolibéralisme vise à séparer entre l’être-humain et sa qualité humanitaire pour le conduire facilement », a-t-il précisé.

Le président al-Assad a indiqué que le problème réside entre l’institution religieuse et le néolibéralisme qui n’a rien à voir avec la laïcité qui appelle à la liberté des religions.

Le président al-Assad a également affirmé que le véritable croyant est celui qui fait face au fanatisme et à l’extrémisme.

Le président al-Assad a fait savoir que la séparation entre la religion et l’Etat est impossible, sauf en cas de la séparation entre la religion et la société, disant : « Nos sociétés sont idéologiques et resteront comme ça pour des siècles à venir ».

Il a de même évoqué les tentatives de séparer entre l’Arabité et l’Islam, le Coran et sa langue, ainsi que le Musulman et le Chrétien, et de frapper le sens de l’appartenance à la société, qui est une appartenance arabe qui avait été consacrée tout au long de l’histoire.

Le président al-Assad a réfuté les propos disant que la Syrie était un pays chrétien, qui parlait et écrivait la langue syriaque, avant les conquêtes islamo-arabes qui ont annulé la langue syriaque afin de la remplacer par la langue arabe, faisant noter : « Les Arabes se trouvent dans la région du Levant depuis dix siècles avant J.C. , les tribus arabes sont venues à Palmyre au premier millénaire avant J.C. ».

Et le président al-Assad de conclure : « L’institution religieuse authentique en Syrie a joué un grand rôle aux côtés de l’armée arabe syrienne dans la guerre visant la Syrie », affirmant que « la guerre qui avait utilisé les terminologies religieuses en Syrie avait débuté avant la guerre militaire pour pousser les gens à porter l’arme et à combattre, mais après leur échec, ils ont passé au terrorisme, c’est pourquoi je dis que si l’armée avait été déçue, le terrorisme aurait triomphé, et si l’institution avait été déçue, la sédition aurait triomphé ».

A.Ch.

Check Also

Arnous s’informe du mécanisme de travail dans la centrale électrique de Rasten dans la banlieue de Lattaquié

Lattaquié-SANA/Le président du Conseil des ministres, Hussein Arnous, et la délégation ministérielle qui l’accompagne, se …