Jaafari : Les mesures économiques coercitives occidentales imposées à la Syrie et à d’autres pays entravent leur capacité à contenir le coronavirus

New York-SANA / L’ambassadeur permanent de la Syrie à l’ONU, Bachar Jaafari, a souligné la nécessité de lever les mesures économiques coercitives et unilatérales occidentales imposées à la Syrie, notamment après la propagation du coronavirus dans le monde.

Lors d’une séance tenue aujourd’hui par l’Assemblée générale de l’ONU via la vidéoconférence pour débattre les moyens optimaux afin de réduire le effets économiques et sociaux du coronavirus « Covid-19 », Jaafari a précisé que la Syrie souffre des circonstances extraordinaires liées aux retombées économiques et sociales négatives de la guerre terroriste qui se poursuit depuis plus de neuf ans et qui avait été accompagnée d’un embargo économique et des mesures coercitives et unilatérales imposées au peuple syrien par un certain nombre de pays.

Et Jaafari de poursuivre : « Les mesures coercitives et unilatérales imposées au peuple syrien influent directement sur la capacité des secteurs économiques et de services principaux en Syrie à exercer ses missions avec efficacité, en particulier dans les domaines de la santé, des services de première nécessité, de l’énergie, des banques, de l’industrie, du transport et du commerce interne et externe, en plus des pressions colossales qu’imposent ces mesures illégales au cours de change de la monnaie locale.

« Les mesures économiques coercitives occidentales illégales imposées à la Syrie et à d’autres pays entravent leur capacité à contenir le coronavirus et portent atteinte au principe fondamental auquel l’ONU appelle quotidiennement, qu’est la solidarité et la coopération collectives pour lutter contre cette menace », a-t-il dit.

A.Ch.

Check Also

Le Conseil de la Choura yéménite : Les agressions israéliennes contre la Syrie font partie du soutien direct aux réseaux terroristes

Sanaa –SANA/ Le Conseil de la Choura yéménite a vivement condamné l’agression israélienne, qui avait …